Guingamp Souterrains au centre-ville de Guingamp : mythe ou réalité ?

Le sous-sol du centre-ville historique de Guingamp serait parsemé de souterrains mystérieux et de passages secrets. Des éléments permettent de s'interroger...

31/03/2017 à 11:50 par fanchlepivert

Au sous-sol de cette maison médiévale du centre-ville de Guingamp, une galerie qui conduit à une voûte murée. On peut imaginer qu'à une époque lointaine, les sous-sols des habitations pouvaient communiquer. Peut-on parler pour autant de souterrains ?
Au sous-sol de cette maison médiévale du centre-ville de Guingamp, une galerie qui conduit à une voûte murée. On peut imaginer qu'à une époque lointaine, les sous-sols des habitations pouvaient communiquer. Peut-on parler pour autant de souterrains ?

Le sous-sol du centre-ville historique de Guingamp serait parsemé de souterrains mystérieux et de passages secrets. Des éléments permettent de s’interroger. Le sujet suscite l’envie d’en savoir davantage… Alors, qu’en est-il véritablement, mythe ou réalité ?

Une mystérieuse galerie

Un couloir souterrain, en pierres de taille, d’une petite dizaine de mètres de longueur. Pour 1,60 mètre de hauteur. A l’extrémité, une voûte murée. L’accès a été condamné par une maçonnerie plus récente. Impossible donc de savoir où mène cette mystérieuse galerie. Un embranchement de quelques mètres a, lui, aussi été bouché.

Nous sommes au sous-sol d’un commerce du centre-ville de Guingamp. On y accède en empruntant un étroit escalier à vis, typique des maisons médiévales.

L'escalier à vis qui permet l'accès au sous-sol de cette vieille demeure du centre-ville de Guingamp.
L'escalier à vis qui permet l'accès au sous-sol de cette vieille demeure du centre-ville de Guingamp.

Les propriétaires des lieux n’en savent pas davantage sur l’histoire de ce couloir sans issue. « L’embranchement permettait peut-être d’accéder au sous-sol de la maison voisine », imaginent-ils.

Le couloir principal de cette galerie souterraine.
Le couloir principal de cette galerie souterraine.

Et le couloir principal ? « On nous a dit qu’il pouvait s’agir du départ d’un souterrain qui pouvait mener jusqu’aux anciens remparts. »

Des souterrains dans le sous-sol de la ville…

Le Guingampais Patrick Pichouron, spécialiste du patrimoine architectural, commente :

On touche là un élément marquant de la tradition orale

Dans l’esprit des gens, bâtiment ancien rime avec souterrain.

Le spécialiste décrypte :

L’imaginaire collectif associe châteaux, manoirs, églises ou vieilles demeures au mystérieux. Les souterrains en font partie

A l’évocation de galeries souterraines sous leurs pieds, un bon nombre de propriétaires du centre-ville réagissent au quart de tour. Ils ont dans leur sous-sol, des excavations, des puits ou des portes murées. « A ma connaissance, aucune étude historique ou scientifique n’a été effectuée à Guingamp sur ce sujet », commente Patrick Pichouron, dubitatif.

Et au château de Pierre II ?

Le Guingampais a suivi de près les fouilles réalisées au château de Pierre II, il y a plusieurs années.

Il est formel :

Aucun souterrain, qui aurait pu servir de moyen de communication avec d’autres éléments du patrimoine de la ville, n’a été mis au jour

Voilà qui tendrait à reléguer l’existence de souterrains au rang de mythe. Mais l’absence de document écrit sur le sujet et de preuve tangible n’enterre pas définitivement leur présence dans le sous-sol guingampais.

Le Pabuais Patrick Salaun, passionné d’histoire locale, en convient.

Il est président des Amis de la chapelle Saint-Léonard. Un édifice, à l’écart du centre-ville, où a été mis au jour un souterrain, au moment de sa restauration voilà quelques décennies.

« Il était en partie écroulé par ce qu’il n’y avait pas de mur de soutènement. Du coup, il a été bouché pour des raisons de sécurité », rappelle Patrick Salaun. Au Moyen-Age, la chapelle était une petite forteresse, un avant-poste défensif de Guingamp. De là, des hommes en armes guettaient d’éventuelles attaques.

Le souterrain en question faisait quelques dizaines de mètres de longueur et aboutissait dans un bois, en direction des remparts de la ville. « Il servait de fuite pour les occupants, quand la défense du bâtiment n’était plus possible. »

Le souterrain comme moyen de fuite

Le souterrain comme moyen de fuite. Voilà une théorie soutenue par Patrick Salaun :

Au Moyen-Age, les faubourgs de Guingamp comptaient de nombreux lieux de culte, construits en dur, en dehors de la ville fortifiée, où la population pouvait se réfugier en cas d’attaque. A Saint-Sauveur, La Trinité, Saint-Martin, La Madeleine ou Saint-Sébastien… On peut imaginer, comme à Saint-Léonard, que de ces lieux partaient des souterrains permettant de fuir

Et sous la basilique, rue Notre-Dame ?

Souterrain. Lieu de culte. Voilà qui réveille des souvenirs à Claude, un Guingampais qui affirme avoir circulé dans une galerie d’une centaine de mètres quand il était gamin. Une histoire surprenante qui nous amène du côté du couvent des Ursulines, au centre-ville, après la Seconde Guerre mondiale…

22200 Guingamp

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image
Présidentielles 2017

Votre journal cette semaine

Résultats sportifs de votre région
Go

Guingamp - Mercredi 26 avril 2017

Guingamp
Mer
26 / 04
/1°
vent 57km/h humidité 68%
Jeu11°-2°
Ven12°-5°
Sam15°-4°
Dim11°-7°

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter