Guingamp En Avant de Guingamp : en 1984, le statut pro pour sauver le club

En Avant de Guingamp a pris le statut professionnel en 1984. Une question de survie après le départ de nombreux joueurs de l'équipe, sans compensation financière pour le club.

17/03/2016 à 16:29 par fanchlepivert

 

La première équipe professionnelle d'En Avant de Guingamp, à l'entame de la saison 1984-1985. En bas, de gauche à droite : Michel Rio, Benny Reiter, Hervé Guégan, Jacky Vidot, Daniel Lubin, Michel Trémel, Loïc Jouan. En haut, de gauche à droite : Raymond Kéruzoré, Bertrand Jacques, Michel Corbel, Didier Dufour, Alain Guyader, Philippe Jaffrès, Didier Heyman, Alain Thiboult et Jean-Claude Nadon.
La première équipe professionnelle d'En Avant de Guingamp, à l'entame de la saison 1984-1985. En bas, de gauche à droite : Michel Rio, Benny Reiter, Hervé Guégan, Jacky Vidot, Daniel Lubin, Michel Trémel, Loïc Jouan. En haut, de gauche à droite : Raymond Kéruzoré, Bertrand Jacques, Michel Corbel, Didier Dufour, Alain Guyader, Philippe Jaffrès, Didier Heyman, Alain Thiboult et Jean-Claude Nadon.

A l’issue de la saison 83-84, bon championnat en Division 2 et beau parcours en Coupe de France, En Avant de Guingamp est  « saigné à blanc », selon l’expression même de Noël Le Graët. A l’époque, le président évoque la fuite d’une grande partie des joueurs, sans compensation financière pour le club. La solution est d’adopter le statut professionnel. Mais pour cela, il faut convaincre les partenaires financiers.

Roch à Marseille, Tibeuf à Monaco…

Régis Roch à Marseille, Gilbert Le Goff à Rennes, Jacques Cadran à Carhaix, Arnaud Landré à Laval, Luizhino à Orléans, Philippe Tibeuf à Monaco, Claude Colas à Lorient, Gilles Rolland à Rouen. Une longue liste à laquelle viendra s’ajouter le nom de Christophe Sagna. Le constat est amer au printemps 1984. La majeure partie de l’effectif de la première quitte Guingamp.

Le président Le Graët déplore :

Le club est saigné à blanc côté joueurs. Après sept bonnes années en deuxième division, nous n’avons pas vu le vent venir. Les nombreux départs annoncés cette saison devaient un jour ou l’autre se produire. On ne fera rien pour retenir qui que se soit, il faut aujourd’hui tourner la page et repartir sur d’autres bases

Ces joueurs ont réalisé de belles prestations en championnat avec une 8e place au final. Ils ont aussi fait parler d’eux en Coupe de France échouant d’un rien en 8e de finale face à Toulon.

Une saison marquée par l’éclosion de Philippe Tibeuf, 18 buts au compteur. En supervisant l’avant-centre, originaire de Dinan et au club depuis 1980, les recruteurs ont découvert des éléments tels que Roland, Landré ou Le Goff. Des jeunes dont il est facile de s’attacher les services puisqu’ils sont promotionnels et donc totalement libre de quitter le club en fin de saison. Sans préavis et sans compensation pour le club pourtant bien souvent formateur.

La discorde dans le vestiaire

Dans la bataille, quelques-uns restent fidèles au club : Alain Thiboult, Loïc Jouan, Alain Guyader et Michel Trémel, tous promotionnels ; ainsi que le professionnel Didier Dufour.

Des joueurs qui donnent entière satisfaction et qui déplacent les spectateurs, mais sous deux statuts différents. Un système qui montre ses limites, propre à provoquer la discorde dans le vestiaire.

Noël Le Graët martèle :

Le problème d’En Avant est actuellement très sérieux. Si on ne trouve pas de partenaires financiers rapidement, le club ne pourra résister et l’équipe première redescendra tranquillement

En avant décide donc de déposer un dossier afin d’obtenir, dès la saison suivante, le statut professionnel. Les instances nationales du football demandant un certain nombres de garanties financières, il est décidé de créer une société d’économie mixte, réunissant les collectivités locales et des entreprises privées.

Ces dernières, notamment agroalimentaires, s’inscrivent dans le projet. A commencer par Néolait qui signe un contrat de sponsoring. Unicopa fait de même. Séduit par les arguments du président :

Quelle est l’association sportive dans le département qui peut se vanter de rassembler 100000 personnes chaque année ? Il ne se passe pas une journée sans que la radio, la télévision ou la presse ne parlent de notre club. Cette publicité n’est pas sans retombées financières

Convaincre les élus sera plus difficile. « Pas de querelle inutile, ayons pour une fois un langage commun et retrouvons-nous autour d’une table pour discuter du football », leur lance le président Le Graët, le soir de l’assemblée générale du club en juin.

Le feu vert de la Fédération française de football

Le message s’adresse aux élus des communes du Sivom (ex-Guingamp communauté). Le conseil général, lui, a déjà décidé de suivre En Avant. « Nous avons parié sur des hommes, sur vous Monsieur Le Graët et sur tous ceux qui animent le club. Vous méritez l’aide que l’on vous apporte, tout comme vous méritez le respect dont vous jouissez », estime Pierre-Yvon Trémel, vice-président de l’assemblée départementale.

Le 23 mai 1984, la Fédération Française de Football octroie à En Avant le statut de club professionnel. Les négociations avec les élus locaux permettent, le 4 juillet 1985, l’installation de la société anonyme d’économie mixte sportive.

 

 

22200 Guingamp

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image